Pavés de mémoire – Pose de Stolpersteine par l’artiste Gunter Demnig

DIMANCHE 7 AVRIL, 10 H : Cérémonie Pavés de mémoire – Pose des Stolpersteine par l’artiste Gunter Demnig – Au 62, rue du Commandant Dubois

Les “Stolpersteine”, appelés aussi “Pavés de Mémoire”, que vous avez peut-être pu apercevoir dans les rues de Rouen, sont l’oeuvre de l’artiste allemand Gunter Demnig. Sur ces petits pavés en béton recouverts d’une plaque en laiton, figurent le nom, le prénom, l’année de naissance et la date de la mort des victimes du régime nazi. Après un travail commun avec l’association Pavés de Mémoire Rouen Métropole, les villes de Bois-Guillaume et de Bihorel tenaient à leur tour à rendre hommage à ces victimes, avec la pose de pavés de mémoire devant les anciens domiciles des familles déportées des deux communes.

Gunter Demnig, les Stolpersteine et l’association Pavés de Mémoire Rouen Métropole :

L’association Pavés de Mémoire Rouen Métropole, créée en juin 2019, a pour objet d’honorer et de maintenir vivante la mémoire des victimes du nazisme et du régime de Vichy par la pose, dans l’espace public de la Métropole Rouen Normandie, de ces Pavés de Mémoire, ou Stolpersteine, de l’artiste allemand Gunter Demnig.

Depuis les années 1990, Gunter Demnig scelle ses « Stolpersteine » dans les trottoirs des villes européennes. Artiste plasticien né en 1947 à Berlin, il a réalisé son projet en Allemagne dans les années 1990, puis l’a étendu à toute l’Europe à partir des années 2000. Reconnu internationalement pour son oeuvre mémorielle, il a posé lui-même ou fait poser plus de 100 000 Pavés de Mémoire dans une vingtaine de pays, dont la France depuis 2013.

Chacun de ces pavés rappelle la mémoire d’une victime du nazisme, le plus souvent là où elle vivait : c’est ce qu’indique la mention « Ici habitait », suivie du nom et de quelques lignes gravées rappelant le destin de la personne persécutée, arrêtée, déportée, assassinée parce qu’elle était juive, tsigane, opposante politique, résistante, handicapée, homosexuelle. Ces pavés de mémoire sont appelés « Stolpersteine », qu’on peut traduire par « pierres sur lesquelles on trébuche » (symboliquement), car ils invitent le passant à s’arrêter, à s’interroger, à s’incliner pour lire les inscriptions, à se recueillir. Ils rappellent à tous que les victimes, souvent des familles entières, vivaient dans notre environnement immédiat avant d’en être brutalement arrachées.

La cinquième et dernière phase du projet Pavés de Mémoire sur le territoire de la Métropole Rouen Normandie sera réalisée à Bihorel et à Bois-Guillaume.

Venue de l’artiste Gunter Demnig à Bois- Guillaume et installation de 5 Pavés de Mémoire en hommage aux membres de la famille Erdelyi : Le dimanche 7 avril prochain à 10h, l’artiste Gunter Demnig viendra lui-même sceller 5 de ses Pavés de Mémoire à Bois-Guillaume devant le 62 rue du Commandant Dubois, qui correspond à l’ancien 6bis rue Girot, où vivait la famille Erdelyi. Ces cinq pavés honoreront la mémoire de Nesea, Betty, Michèle et Annie Erdelyi, assassinées à Auschwitz, et de Georges Erdelyi, qui a survécu à sa déportation.

L’histoire de la famille Erdelyi

Georges Erdelyi (1908-1979), ingénieur électricien hongrois installé en France, a épousé Nesea Cataf dite Nelly (née en 1911) en 1937 à Bois-Guillaume. Après avoir vécu à Rouen avec ses deux premières filles, Betty et Michèle nées en 1938 et 1939, le couple s’installe 6bis rue Girot, où naît la petite Annie en janvier 1941. C’est à cette adresse que dans la nuit du 15 au 16 janvier 1943, tous les cinq sont arrêtés par la police française sur ordre de la SS, dans la grande rafle des Juifs de Seine-Inférieure. Ils sont déportés à Auschwitz par le convoi 47 du 11 février 1943. Tandis que son épouse et ses fillettes sont envoyées à la chambre à gaz à leur arrivée, Georges survit à l’enfer d’Auschwitz. Après la guerre, il témoigne des atrocités qu’il y a connues avant d’être transféré dans d’autres camps puis libéré.

La cérémonie de pose des STOLPERSTEINE au 62, Rue du Commandant Dubois se déroulera le dimanche 7 avril à 10h.

Elle sera suivie d’un verre de l’amitié dans la salle du presbytère : 31 petite, Rue de l’école.